Les allergies et l’entrée à la maternelle

Votre petit franchira cette année une grande étape, il entrera dans le monde des grands. Cette étape charnière et souvent déchirante est d’autant plus préoccupante pour les parents d’enfants allergiques. Comment assurer un passage à l’école en douceur et en toute sécurité? Voici comment vous préparer.

D’abord, sachez qu’actuellement il n’existe pas de règlementation quant à la gestion des allergies alimentaires au Québec. Bien qu’il y ait certaines tendances répandues, il n’y a pas d’obligation et votre collaboration est d’autant plus importante.

Dès maintenant…

Prenez-vous à l’avance et allez rencontrer la direction de l’école pour aborder la situation qui concerne votre enfant. Lors des inscriptions, informez le personnel de la condition de santé de votre enfant. Informez-vous à savoir si d’autres enfants allergiques fréquentes le milieu et sur les mesures mises en place en lien avec la gestion des allergies. Fournissez une fiche d’identification avec un plan d’urgence signé par le médecin de votre enfant.  Ce plan devrait indiquer les allergies de votre enfant ainsi que la marche à suivre en cas de réaction.  Voici un exemple de plan d’urgence individualisé. Cette fiche devrait aussi inclure la photo de votre enfant ainsi que les numéros d’urgence pour vous contacter au besoin.

injection_enfantLors de la rentrée scolaire…

Allez rencontrer le professeur de votre enfant pour l’informer de la situation. À la maternelle, l’enseignant doit redoubler de prudence, notamment lors du service des collations, pour s’assurer par exemple qu’il n’y ait pas d’échanges d’aliments entre les enfants. Abordez avec lui l’importance de vous tenir au courant des activités scolaires spéciales (anniversaires, journées thématiques, sorties à l’extérieur) pour que vous puissiez toujours prévoir quelque chose pour votre enfant. Certains professeurs offrent un moment à l’enfant allergique afin d’expliquer sa situation aux autres élèves.

Vous devez fournir un auto-injecteur non périmé. L’âge scolaire est généralement un bon moment pour que l’enfant puisse porter lui-même son auto-injecteur. Plusieurs étuis conçus à cet effet sont disponibles sur le marché. Le port d’un bracelet d’identification des allergènes est aussi fortement recommandé.

Il est important de préparer votre enfant en vous assurant qu’il comprenne bien l’importance de consommer uniquement la nourriture que vous avez préparé pour lui. Il doit aussi savoir reconnaître les aliments qui sont dangereux pour lui. Vous devez le sensibiliser sur l’importance d’aviser son enseignant ou tout autre membre du personnel s’il ressent des symptômes d’allergie.

Enfin, n’oubliez pas de faire confiance à votre enfant. En lui permettant  de développer ses habiletés à assurer sa propre sécurité, vous lui fournirez des bases solides pour les années à venir.

AQAA couleurDominique Seigneur, B. Comm
Directrice, communications et financement
Association québécoise des allergies alimentaires
www.allergiesquebec.org

Publié dans Alimentation et recettes, Bébé et petite enfance, Santé, Sommeil et Soins | Marqué avec , , , , , , , | Laisser un commentaire

Concours Gagnez un mini iPad – Règlements et confidentialité

Règlements et confidentialité
RÈGLEMENTS & CONFIDENTIALITÉ

Avant-propos :
Depuis sa création, le Livret de grossesse s’efforce de protéger la vie privée de ses membres et lecteurs. Pour y parvenir et obtenir leur confiance, nous les aidons à mieux comprendre nos conditions de participations en utilisant des formules simples lors de leur inscription. Les informations personnelles transmises lors de votre enregistrements à savoir votre nom, prénom, adresse ou code postal, courriel, numéro de téléphone, date de naissance ou détails familiaux sont conservés et protégés avec le plus grand soin par notre entreprise Imabulle. Grâce à ces informations nous pouvons vous donner l’accès à de l’information de qualité, à des exclusivités, et bonifier nos contenus en fonction de vos intérêts. Nous employons seulement avec votre consentement vos informations échangées librement par inscription dans un formulaire.

1. Participation :
La période de concours (date et heure de début et de fin) est du 25 juin 9h00 au 31 juillet 23h59. Les inscriptions sont effectuées pendant cette période spécifique. Une seule inscription par personne sera prise en compte, par tirage, via le formulaire de confirmation. Les chances de gagner un prix sont reliées au nombre total d’inscriptions reçues pendant la période du concours. Les participants ont donc tous une chance égale de gagner. Aucun achat requis, à moins d’indication contraire. Le concours est ouvert uniquement aux résidents du Québec, âgées de 18 ans ou plus. Les employés du Livret de grossesse et les collaborateurs au concours, ses représentants, agents, membres du jury ou toutes personnes domiciliées avec eux, ne bénéficient pas au droit de participation à ce concours.
Un gagnant pourra participer aux tirages suivants. Comme les tirages sont tout à fait le fruit de la chance, nous croyons qu’il est important de donner à tous, la chance de participer, même à ceux qui ont déjà eu la chance de leur côté !

2. Description du prix :
Les prix à gagner est un Ipad mini 16 Go d’une valeur de 319 $.

3. Mode d’attribution des prix :
Les prix sont attribués par tirage au sort au siège social de Imabulle, parmi toutes les inscriptions reçues pendant chaque période de participation au concours. Le(s) gagnant(s) sera/seront avisé(s) par courriel. Après deux (2) envois courriels, et après quatre (4) semaines sans réponse, le(s) gagnant(s) perdra/perdront l’attribution de son prix. Pour obtenir son prix, l’obtention d’une bonne réponse à une question mathématique pourrait être exigée. Chaque gagnant dégage l’entreprise qui organise le concours de toute responsabilité quant à un dommage ou une perte découlant de la participation à ce concours ou découlant de l’attribution, de l’acceptation ou de l’utilisation du prix. Le prix sera accepté tel quel et ne pourra être transféré. Le refus d’accepter le prix libère les entreprises qui organisent le concours de toute responsabilité et obligation vis-à-vis le(s) gagnant(s). Le Livret de grossesse se dégage de toute responsabilité des prix lorsque livrés ou offerts par des entreprises partenaires. Une fois les partenaires et commanditaires avisés et coordonnés des gagnants partagées, le Livret de grossesse se dégage de la responsabilité de la gestion et de la distribution du ou des prix, tout autant que de son état, de sa livraison ou de tout autre situation malheureuse qui pourrait arriver. Cette offre ne peut être jumelée à une autre offre promotionnelle. L’offre est également non monnayable.
L’entreprise qui organise le concours se réserve le droit de mettre fin au concours sans justification et à tout moment. L’entreprise qui organise le concours se réserve le droit d’en modifier les conditions d’année en année, sans préavis.

4. Confidentialité et renseignements personnels :
En participant à ce concours, les gagnants autorisent l’entreprise qui organise le concours à utiliser leur nom et/ou leur image, notamment leur photo et/ou leur voix, leur lieu de résidence (ville et province seulement) à des fins publicitaires relatives à ce concours, et ce, sans rémunération. Les gagnants qui remplissent le formulaire attestent par le fait même de leur admissibilité au présent règlement. En fournissant ces renseignements, les participants consentent à leur utilisation aux fins indiquées.
Les renseignements personnels sont ceux qui permettent de vous identifier personnellement. Les renseignements personnels peuvent, à titre d’exemple, inclure notamment votre nom, votre adresse courriel de même que votre adresse postale. Si vous souhaitez recevoir l’une de nos publications, vous devez compléter le formulaire approprié dans lequel vous devez entrer vos coordonnées. Veuillez noter que seules les données que vous acceptez de fournir sont recueillies sur notre site. Vous pouvez mettre fin à un abonnement en tout temps et nous demander de cesser l’utilisation de vos renseignements personnels.
Merci beaucoup.
La forme masculine dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Nous contacter :
Veuillez adresser toute question ou tout commentaire concernant la confidentialité des renseignements ou les règlements des concours en vous adressant à : info@livretdegrossesse.com

Publié dans Concours | Laisser un commentaire

Face à face avec un spécialiste… des soutiens-gorge

Le bon soutien-gorge fait toute la différence dans la journée d’une femme, enceinte, allaitante, ou pas… Quand en milieu de journée, je ne pense qu’au moment où je pourrai m’arracher du dos ce maudit vêtement qui me moule le peu de poitrine pendante qu’il me reste, ce n’est pas bon signe… Je n’ai certainement pas le bon soutien-gorge! Est-ce le choix du modèle qui ne me va pas? Est-ce la taille qui n’est pas la bonne? Je n’en sais rien. Mais le modèle est si mignon…
Ah et zut! Je crois qu’il est temps de faire le point. Je réalise que je ne suis pas la seule à ne pas trouver l’équilibre entre « cuteness », objectifs pratiques, coût et entretien, et choix selon ma taille.

J’ai fait appel à nulle autre qu’une spécialiste d’une grande entreprise : Zov Torossian, Coordonnatrice marketing chez PVH Canada pour Warner’s et Olga.

7480_WarnersFace à face avec un spécialiste en soutiens-gorge

Les bonnes mesures, du bonnet au tour de poitrine – Comment bien mesurer?

Vous pouvez utiliser le calculateur de soutien-gorge sur notre site web ou vous rendre dans tout bon magasin ou rayon de lingerie pour trouver le bon ajustement. Les représentants de Warner’s and Olga sont chez La Baie d’Hudson chaque semaine et se font toujours un plaisir d’aider.

Mythe ou réalité – Est-il vrai qu’il faut prendre une taille plus grande, au niveau de la poitrine, pour ne pas que ça serre et que ce soit inconfortable?

Mythe! N’achetez jamais une taille de bande plus grande. Vous devrez continuellement tirer la bande vers le bas. Les bandes plus larges vous empêcheront d’obtenir un soutien adéquat.

Magasiner le bon soutien-gorge pendant la grossesse :  que conseillez-vous comme achat à une femme pendant la grossesse?

Les besoins de chaque femme sont différents. Choisissez un style qui offre extensibilité et soutien.

Après la grossesse, certaines femmes trouvent que leurs seins sont « tombants ». Que suggérez-vous comme modèle?

Certaines femmes pourraient remarquer un changement dans leur tissu mammaire après la période d’allaitement. N’importe quel soutien-gorge qui rehausse la poitrine pourrait être votre meilleur choix. Warner’s propose une variété de soutiens-gorge qui offrent la solution à vos besoins individuels.

Le soutien-gorge d’allaitement devrait-il être acheté avant la naissance? Quel modèle suggérez-vous?

Cela dépend des changements que vous expérimentez. Il est probablement préférable d’attendre jusqu’au dernier trimestre ou après avoir donné naissance. Je suggère un soutien-gorge en coton extensible, comme le soutien-gorge de nuit Warner’s style No 7480.

Un soutien-gorge, c’est « bon » pendant combien de temps?

Un soutien-gorge peut durer longtemps si on le lave selon les instructions, généralement à cycle délicat dans un sac en filet ou encore à la main, et on le suspend pour sécher. Si vous l’entretenez ainsi, vous n’aurez qu’à acheter un nouveau soutien-gorge à chaque saison pour plus de diversité. Les soutiens-gorge paraissent vite défraîchis s’ils ne sont pas entretenus adéquatement.

Dans la cabine, pendant l’essayage, à quoi doit-on penser pour faire le bon achat?

  • Le soutien-gorge devrait recouvrir tout le tissu mammaire. Il devrait s’attacher dans l’œillet du milieu pour pouvoir être ajusté tout au long du mois.
  • Le centre devrait venir s’appuyer contre la peau. Les bretelles devraient être bien resserrées pour plus de confort sans creuser.

Merci aux spécialistes de Warner’s d’avoir répondu à nos questions au sujet des soutiens-gorge. Maintenant mieux outillées, allons faire les boutiques! :)

Katry Ann Beaudoin

Publié dans Humeurs de Katry Ann, Mode maman et bébé, Shopping et consommation | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

L’ABC des coliques

bebe_coliqueLes coliques comptent sans aucun doute parmi les sources les plus importantes de stress pour les parents. Bébé pleure sans arrêt et semble inconsolable. Son visage devient très rouge. Ses poings sont serrés. Il se recroqueville sur lui-même. Son ventre devient dur. Quoi faire pour diminuer les symptômes de bébé? Nous vous proposons ici quelques pistes de solutions. Mais parfois, seul le temps peut calmer les pleurs de bébé.

Apparition des symptômes

Les coliques font partie des problèmes les plus fréquents chez les bébés. De 3 à 28 % des bébés en souffriraient. Les coliques peuvent survenir dès la 2e ou 3e semaine de vie. Elles disparaissent habituellement vers le 4e mois. Généralement, la 6e semaine représente la période la plus critique. Autant les enfants allaités que les enfants nourris aux préparations commerciales pour nourrissons peuvent souffrir de coliques.

On considère qu’un enfant souffre de coliques s’il pleure et est agité :

  1. durant au moins 3 heures par jour (souvent en après-midi ou en soirée);
  2. pendant plus de 3 jours par semaine;
  3. pendant 3 semaines.

Entre les périodes de crise, l’enfant est de bonne humeur, mange bien et est en santé. Sa croissance se poursuit normalement.

Que nous disent les coliques?

Les coliques reflètent la sensibilité de l’enfant à son nouvel environnement. Selon leur tolérance, les enfants réagissent aux coliques de différentes manières et à différentes intensités. Bien qu’aucune ne fasse encore l’unanimité, voici quelques causes possibles des coliques :

  • mauvaise évacuation de l’air entrant dans l’estomac pendant les pleurs ou le boire, qui cause ensuite des inconforts dans l’intestin
  • plus grande sensibilité de bébé à son environnement ou tempérament difficile
  • angoisse à l’arrivée de la nuit
  • immaturité passagère du système digestif
  • problèmes gastro-intestinaux (reflux, allergie ou intolérance alimentaire)
  • mauvaise digestion du lait
  • parents fumeurs
  • etc.

Des pistes de solutions

Les pleurs constituent le moyen de communication des bébés. Ils ont faim, leur couche est mouillée, ils ont envie d’être pris, tous des besoins qu’ils signalent en pleurant. Alors avant de passer aux solutions ci-après, assurez-vous que votre bébé est nourri, au sec et cajolé.

Bébé est allaité et réagit à certains aliments que mange sa maman.

Solution no 1 : Retirez de votre alimentation les produits laitiers pendant un certain temps.

  • Si votre bébé pleure moins et que son état s’améliore après le retrait des produits laitiers de l’alimentation, il pourrait être intolérant ou allergique aux protéines bovines. Consultez un médecin pour discuter avec lui de vos observations.
  • Si aucun changement ne survient chez votre bébé, reprenez votre alimentation habituelle.

D’autres allergènes pourraient causer des inconforts au bébé (œufs, blé et noix), mais les études scientifiques ne sont pas unanimes.

Solution no 2 : Cessez temporairement de consommer des aliments ou boissons contenant de la caféine : café, thé, boissons gazeuses de type cola et chocolat.

  • Si votre bébé présente moins de symptômes, ces aliments et boissons pourraient être responsables de ses coliques.
  • Si rien ne change, vous pouvez réintégrer ces aliments avec modération.

Le réflexe d’éjection du lait de maman est trop puissant.

Si votre bébé reçoit une trop grande quantité de lait ou qu’il boit trop vite, il peut parfois s’étouffer et se mettre à pleurer. Le bébé avale alors l’air, ce qui peut l’incommoder ensuite.

Solutions :

  • Évitez d’attendre que votre enfant soit affamé avant de l’allaiter.
  • Faites sortir un peu de lait avant d’allaiter votre bébé.
  • Allaitez allongée.
  • Arrêtez la tétée si votre bébé s’étouffe, et faites-lui faire un rot avant de reprendre.

Bébé peut mal tolérer une préparation commerciale pour nourrissons.

Solution :

Sollicitez l’aide d’un professionnel de la santé qui connaît bien les préparations commerciales pour nourrissons. Ce professionnel saura vous aiguiller vers la préparation adaptée aux besoins de votre bébé. Autrement, changer souvent de lait ou de marque sans l’aide d’un professionnel de la santé pourrait entraîner trop de variation dans l’alimentation de votre bébé.

Maman prend un supplément de fer.

Solution :

Discutez avec votre médecin ou votre pharmacien pour savoir s’il est possible, de diminuer la dose de votre supplément de fer. Consultez une nutritionniste pour connaître les aliments qui contiennent du fer.

Vous fumez.

Solution :

Cesser la cigarette réduirait les symptômes des coliques.

Des probiotiques pour réduire les coliques?

Des études ont été menées sur des nouveau-nés allaités. Ces études démontreraient l’effet d’un probiotique sur la durée des coliques : Lactobacillus reuteri. Il est commercialisé sous le nom de BioGaïa™. Ce probiotique est considéré comme sécuritaire pour les nouveau-nés. Toutefois, d’autres études sont nécessaires pour déterminer le mode de fonctionnement de ce probiotique. Si vous décidez d’ajouter ce probiotique à l’alimentation de votre enfant, consultez au préalable votre médecin de famille, votre pédiatre ou votre pharmacien. La dose recommandée s’élève au maximum à 5 gouttes par jour de Lactobacillus reuteri, pour un maximum de 28 jours.

Comme on le disait en introduction, chaque bébé est différent. Déceler la ou les causes des coliques demande patience et persévérance. Essayez une solution à la fois. Vous pourrez déterminer si c’est cette cause la responsable des coliques de bébé. Si vous ne savez plus quoi faire, demandez de l’aide d’un professionnel de la santé et surtout, à votre entourage avant d’arriver au bout du rouleau.

Nospetitsmangeurs.orgExtenso, Centre de référence sur la nutrition de l’Université de Montréal.

Références
Critch, Jeffrey N. (2011). Les coliques du nourrisson : les interventions alimentaires ont-elles un rôle à jouer? Paediatr Child Health. 16(1)
Extenso. (2012). Des probiotiques pour soulager les coliques? Repéré au http://www.extenso.org/article/des-probiotiques-pour-soulager-les-coliques/
Institut national de santé publique du Québec. (2013). Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à 2 ans. Repéré au http://www.inspq.qc.ca/mieuxvivre/sections/MV2013_Guide.pdf
Mayo Clinic. (2011). Colic. Repéré au http://www.mayoclinic.com/health/colic/DS00058
Santé Canada. (2012). La nutrition du nourrisson né à terme et en santé : Recommandations de la naissance à six mois. Repéré au http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/nutrition/infant-nourisson/recom/index-fra.php
Szajewska, H., Gyrczuk, E., & Horvath, A. (2013). Lactobacillus reuteri DSM 17938 for the Management of Infantile Colic in Breastfed Infants: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Trial. J Pediatr, 162(2), 257-262.
Publié dans Bébé et petite enfance, Santé, Sommeil et Soins | Marqué avec , , , , , , , | Laisser un commentaire

Conseils de sécurité relatifs aux aires de jeu

Jouer en toute sécurité – annonce de service public.

Surveillez votre enfant de près et assurez-vous qu’il sait comment utiliser le matériel en toute sécurité.

Empêchez votre enfant de grimper sur le matériel d’une hauteur supérieure à 1,5 mètre (5 pi). Si vous avez un enfant de moins de cinq ans, restez directement à côté de lui lorsqu’il grimpe, monte sur une balançoire ou joue sur le matériel au-dessus du niveau du sol. Vous devriez être en mesure de toujours atteindre votre enfant facilement. Vous pouvez contribuer à l’empêcher de tomber. Si votre enfant a entre cinq et neuf ans, surveillez-le. À cet âge, les enfants aiment prendre des risques. Assurez-vous que votre enfant utilise le matériel en toute sécurité. Cherchez un écriteau indiquant le groupe d’âge pour lequel est conçu le matériel et empêchez votre enfant de jouer sur le matériel conçu pour des enfants plus âgés. Les aires de jeu possèdent souvent du matériel conçu pour différents groupes d’âge : les enfants de moins de cinq ans et les enfants de cinq à 12 ans. Si votre enfant ne peut pas atteindre un équipement, il ne doit pas l’utiliser. Il est conçu pour des enfants plus âgés.

Enseignez à votre enfant les règles de sécurité sur l’aire de jeu.

  •     Attendre son tour.
  •     Glisser les pieds devant.
  •     Attendre que l’autre personne ait glissé en bas du toboggan avant de monter l’échelle du toboggan.
  •     Tenir les rampes.
  •     S’asseoir sur les balançoires et les toboggans.
  •     Se tenir à l’écart des balançoires en mouvement et de l’arrivée des toboggans.

Avant d’arriver sur l’aire de jeu, retirez les casques, les écharpes et les cordons.

Enlevez à votre enfant tout ce qui pourrait l’étrangler. Enlevez les cordons qui se trouvent sur ses vêtements. En hiver, fixez les mitaines aux vêtements au moyen de pinces et non de cordons. Votre enfant peut porter un cache-cou plutôt qu’une écharpe.
Assurez-vous que votre enfant range sa corde à sauter et son casque de vélo avant de grimper sur le matériel de l’aire de jeu.

Examinez l’aire de jeu

La surface de jeu devrait être épaisse et molle; des rampes et des barrières devraient être installées afin de prévenir les chutes. Prenez garde aux objets pointus ou aux espaces dans lesquels la tête de votre enfant pourrait se coincer. Choisissez une aire de jeu munie d’une surface épaisse et molle plutôt qu’une aire de jeu à la surface de terre ou de gazon. Le sable, le gravillon, les copeaux de bois, les miettes de caoutchouc ou les tapis en caoutchouc mous sont de bons exemples. Ils aideront à protéger votre enfant en cas de chute. Si la surface de votre aire de jeu n’est pas épaisse et molle, assurez-vous que votre enfant reste sur le matériel près du niveau du sol. Creusez la surface avec le talon de votre chaussure pour en évaluer l’épaisseur. Elle devrait avoir une épaisseur de 15 à 30 centimètres (6 à 12 pouces). Si la surface s’est usée au bas d’un toboggan ou sous les balançoires, vous pouvez en pousser en place avec le pied. Avant de laisser votre enfant utiliser de l’équipement d’où il pourrait tomber, assurez-vous qu’il est muni de rampes, de mains courantes et de barrières solides pour prévenir les chutes. Vérifiez s’il y a des endroits où la tête ou le cou de votre enfant pourrait rester coincé. Certains espaces peuvent être assez grands pour le corps de votre enfant, mais coincer sa tête ou son cou. Cela pourrait étrangler votre enfant. Les ouvertures sécuritaires sont soit inférieures à 9 cm (3,5 po), soit supérieures à 22,5 cm (9 po). Les endroits à inspecter sont l’espace entre les marches d’un toboggan et les espaces dans les rampes horizontales. Vérifiez la présence de verre cassé, de déchets, de bords coupants et de boulons qui dépassent. Ramassez le verre et les déchets avant de laisser jouer votre enfant. Si votre enfant est assez âgé, enseignez-lui à rester loin des bords coupants et des boulons. Surveillez de près les jeunes enfants pour qu’ils ne heurtent pas les bords coupants.

Tous droits réservés, Parachute 2013.

Publié dans Famille | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Liste à imprimer : les essentiels du nouveau-né

Essentiels

Comprenant des articles indispensables, des incontournables et des petits luxes pour faciliter le quotidien, voici une liste qui vous aidera à préparer la venue de bébé. Que ce soit pour planifier vos achats ou pour puiser des idées de cadeaux à donner ou à recevoir, cette liste d’articles pratiques pourra contribuer à identifier vos besoins.

Imprimez-la sans tarder !

Cliquez pour télécharger  le document
«  feuillet_essentiels « . (.pdf)

N’hésitez pas à partager ce document !

L’équipe du Livret de grossesse :)

Publié dans Outils et Vidéos, Téléchargements | Laisser un commentaire

Le développement moteur de l’enfant

mignon_bebe_actifDès sa première année de naissance, l’enfant commence à comprendre, explorer et essayer ce qu’il voit, touche et goûte. Plusieurs théories, comme Piaget, Freud ou Bowlby, met de l’avant le développement moteur, cognitif, affectif, social, langagier et de l’attachement. Une déficience dans l’une de ces sphères affecte la capacité d’un enfant à interagir avec son environnement.

Le développement moteur est la prise de contrôle progressive par l’enfant de son système musculaire. Tranquillement, la motricité primaire (réflexes archaïques) disparaît. Simultanément, son système nerveux central gagne en maturité et il est de plus en plus éveillé. L’expérimentation et la répétition de plusieurs actions motrices permettent à l’enfant de s’ouvrir vers son milieu et de développer son autonomie. Deux composantes du développement moteur seront développées dans cet article : la motricité globale et la motricité fine.

L’apprentissage commence tôt. Dès la naissance, l’enfant commence à bouger et est en constant apprentissage. Le rôle des parents envers son enfant est de l’amuser, jouer, s’impliquer, de le stimuler, d’expérimenter et de créer des activités adaptées aux capacités physiques et à l’âge de l’enfant. Les parents doivent être en mesure de connaître la moyenne d’âge d’acquisition et d’évolution normale de ces composantes en plus de reconnaître les signes d’alerte et de retard.

Voici quelques signes d’alerte de troubles de motricité ou tonus :

• Asymétrie, raideur, hypotonie musculaire localisée ou généralisée
• Marche sur la pointe des pieds persistante
• Rétraction des épaules lorsque l’enfant se tourne ou est en position ventrale,
• Tenue tardive de la tête (+ 6 mois), position assise tardive (+ 1 an), absence de marche (+18-20 mois), retard à la course (+ 2 ans)

La motricité globale englobe un ensemble de fonctions anatomiques, physiologiques, neurologiques et psychologiques qui assurent le mouvement. Les activités de cette catégorie sollicitent l’ensemble des parties du corps qui nécessitent l’intervention et la coordination de groupes musculaires importants. L’enfant doit être capable de produire des mouvements de bras, de jambes ou du corps avec un certain contrôle. La maîtrise de positions et les déplacements favorisent le développement de la coordination, de l’équilibre et aide également l’enfant à avoir une bonne perception de son corps dans son environnement (schéma corporel). La motricité globale regroupe 80% des activités. Elle se subdivise en trois catégories :
• Les mouvements non locomoteurs impliquent des changements de position ou de posture, sans déplacement dans l’espace (ex : lancer, attraper, pivoter, se pencher, se redresser, pousser, tirer, s’étirer, etc.)
• Les mouvements locomoteurs impliquent le déplacement du corps en entier dans l’espace (ex : glissement sur les fesses, marcher, courir, sauter, sauter à pieds joints, ramper, galoper rouler, aller à bicyclette, nager, skier, monter une échelle, suivre des rythmes, etc.)
• Les positions stables exigent un contrôle musculaire pendant un certain temps. (ex: s’asseoir, rester debout, se tenir à genoux, position ventrale sur deux ou trois appuis, etc.)

La motricité fine fait appel à l’utilisation, à la coordination et au contrôle volontaire de certains membres (bras et mains) et à la perception (œil). Elle est la capacité de faire avec précision de plus petits gestes et des mouvements plus fins. Les exercices visent à améliorer, régulariser et à installer cette finesse dans tous les gestes de l’enfant. Elle tend à renforcer les membres supérieurs. Elle se subdivise en deux catégories :
• La dextérité manuelle comprend le mouvement, la disposition et le déplacement de la main et des doigts dans l’exploration et l’utilisation des objets (ex. : ramasser, manipuler, relâcher, manier un bâton de hockey ou de golf, manipuler des billes, jongler avec une balle, dribler, coller et décoller des collants, découper, dessiner, s’habiller, se déshabiller, etc.)
• La coordination oculo-manuelle représente le travail d’équipe et l’interaction entre l’œil et la main. Les yeux s’ajustent constamment avec le mouvement des doigts et de la main (ex. : tourner la tête pour suivre un objet, préhension pouce-index, saisir, attraper, viser une cible, frapper une balle avec un bâton, enfiler des perles, superposer des objets, etc.)

Finalement, plusieurs études confirment ce que Piaget a toujours su, « le jeu est le travail de l’enfance ». Les jeux libres et les jeux dirigés sont essentiels au plan développemental de l’enfant. Le jeu est lié à l’apprentissage; des habiletés langagières, sociales et scolaires en passant par la confiance et la créativité. Alors, amusez-vous avec vos enfants!

Mélanie Blouin, BSc. Kin Vous avez des questions, commentaires ou suggestions, contactez-moi: m.blouin@lafsfa.ca

Références :
• Centre d’excellence pour le développement des jeunes enfants CEDJE. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants. http://www.enfant-encyclopedie.com/fr-ca/accueil.html
• HIRSH-PASEK, K., MICHNICK GOLINKOFF, R. (20 février 2009). Pourquoi jouer = apprendre. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants. http://www.enfant-encyclopedie.com/pages/PDF/Hirsh-Pasek-GolinkoffFRxp.pdf
• Programme-cadre pour l’organisme Québec-En-Forme. Sous la supervision de M. Claude Dugas, PhD, de l’Université du Québec à Trois-Rivières et M. Steeve Ager, conseiller en activité physique et sport de Québec-En-Forme. http://outils.quebecenforme.org/banquejeux/Fichiers/03%20-%20Cadre%20de%20programmation.pdf
• Note de cours universitaires. Université du Québec à Trois-Rivières, département des sciences de l’activité physique, Division Kinésiologie 7337. Différentes notes de différents professeurs et chargés de cours qualifiés. Année 2007 à 2010
• Votre enfant. La référence pédiatrique en ligne. Le développement psychomoteur de l’enfant (partie1) http://www.votre-enfant.com/wiki/Le_d%C3%A9veloppement_psychomoteur_de_l’enfant_(partie_1)
• Wikipédia. 10 octobre 2011.Développement psychomoteur http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9veloppement_psychomoteur
• BILLAUD, N. (Déc 2007). Développement psychomoteur de l’enfant de 0 à 2 ans. Signaux d’alertes. http://www.ammppu.org/abstract/pediatrie_0_2ans_seminaire/03_nb_dev_psyc_moteur_alertes.pdf
• La motricité fine chez le jeune enfant. (24 mars 2011) http://patynounou.wordpress.com/2011/03/24/la-motricite-fine-chez-le-jeune-enfant/
 

Merci à la FSFA de nous accorder la permission de partager cette information avec vous.

 

Publié dans Bébé et petite enfance, Développement | Marqué avec , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La grossesse et l’alcool en questions

Cocktail_murs_alcoolMon conjoint et moi avons décidé d’avoir un enfant. Puis-je continuer à boire jusqu’à ce que je sois enceinte?

Réduire sa consommation d’alcool à partir du moment où l’on désire concevoir offre à l’enfant un environnement sain et propice à son développement. Éviter de consommer est un choix encore plus sûr. En effet, il est souvent difficile d’identifier le moment exact où se produit la fécondation et l’embryon est particulièrement vulnérable pendant le premier trimestre.

Je viens d’apprendre que je suis enceinte de six semaines. J’ai bu quelques verres dernièrement. Dois-je m’inquiéter pour mon bébé?

Il n’est jamais trop tard pour assurer un développement optimal du fœtus en diminuant votre consommation d’alcool ou, mieux, en évitant de consommer si vous voulez faire un choix encore plus sûr. Alors, si vous avez pris un verre ou deux à l’occasion, vous n’avez nullement à vous inquiéter. Mais si vous avez l’habitude de consommer plus de quatre verres par occasion ou si vous avez des inquiétudes, il serait préférable d’en parler à votre médecin.

Qu’est-ce qu’on veut dire par « un verre »?

Un verre, c’est 341 ml (12 oz) de bière à 5% d’alcool, 142 ml (5 oz) de vin à 12% d’alcool ou 43 ml (1,5 oz) de spiritueux à 40 % d’alcool. C’est ce que l’on appelle un verre standard.

J’aime boire du vin en mangeant un bon repas. Dois-je changer mes habitudes durant ma grossesse?

À ce jour, la recherche ne permet pas de déterminer un seuil minimal de consommation entièrement sécuritaire pour le développement du futur bébé, même s’il n’y a pas de preuve que prendre un verre à l’occasion ait un effet nocif sur le fœtus. Par ailleurs, les risques d’avortements spontanés, de malformations, de retard de croissance et de déficience mentale augmentent avec la quantité d’alcool ingérée par la mère lors d’une même occasion et avec la fréquence de sa consommation. Nous croyons qu’éviter de consommer de l’alcool demeure le choix le plus sûr. Enfin, vous pouvez toujours consulter votre médecin pour discuter de votre consommation ou pour obtenir de l’aide si vous en avez besoin.

La consommation excessive d’alcool a-t-elle une incidence sur le fœtus?

Oui. En consommant une quantité d’alcool relativement importante et de manière fréquente, les femmes enceintes s’exposent à donner naissance à des enfants présentant certains problèmes spécifiques. On dit de ces enfants qu’ils sont atteints du syndrome d’alcoolisme fœtal (SAF), c’est-à-dire un ensemble de problèmes pouvant se présenter sous forme d’un retard de croissance, d’un déficit intellectuel, de malformations cardiaques, d’une tête anormalement petite et d’autres anomalies faciales et du squelette. Une consommation excessive occasionnelle comporte aussi certains dangers similaires.

Une femme qui éprouve de la difficulté à contrôler sa consommation d’alcool devrait en discuter avec son médecin ou tout autre intervenant avant même d’envisager une grossesse et tout au long de celle-ci. Elle trouvera ainsi le support adéquat.

Est-ce qu’une consommation restreinte d’alcool fait courir le même risque à l’enfant?

Non. Les risques d’atteinte au fœtus diminuent de beaucoup quand la consommation se limite à un verre à l’occasion. L’effet toxique de l’alcool est proportionnel à la quantité ingérée et à la fréquence de consommation. C’est pourquoi nous croyons qu’éviter de consommer tout au long de la grossesse demeure le choix le plus sûr. Par ailleurs, l’alcool n’est jamais le seul facteur intervenant dans le développement du bébé. La santé des parents, leurs antécédents, leur style de vie, l’alimentation de la mère, les polluants extérieurs, l’usage du tabac et de drogues durant la grossesse ainsi que les conditions socioéconomiques influencent le cours des choses.

Pourquoi l’alcool peut-il nuire au développement du bébé?
L’alcool est une substance toxique qui passe rapidement du sang de la mère à celui du bébé. Les organes du fœtus étant en plein développement, ils sont particulièrement vulnérables à tout produit toxique, surtout pendant les trois premiers mois de la grossesse. La femme qui désire concevoir un enfant a tout intérêt à modifier ses habitudes de vie dès qu’elle envisage de devenir enceinte (réduire sa consommation d’alcool, éviter toute autre substance toxique, surveiller son alimentation, etc.).

Est-il vrai que le vin et la bière sont moins dommageables pour le fœtus que les spiritueux?

Non. Un verre standard des trois produits contient exactement la même quantité d’alcool, comme on l’a signalé en réponse à la question 3. Par ailleurs, le passage de l’alcool dans le sang de la mère à celui du bébé peut être ralenti si elle mange avant de consommer.

Nous célébrerons notre dixième anniversaire de mariage. Puis-je boire à cette occasion?

Cet événement est important pour vous et il importe que vous puissiez le célébrer. Pourquoi ne pas profiter de cette occasion pour le souligner autrement que par une consommation d’alcool ? Il existe toute une série de boissons rafraîchissantes et festives non alcoolisées que vous pouvez consommer et qui vous aideront à être de la fête. Mais si vous y tenez, vous pourriez prendre un verre en mangeant, même si ce n’est pas conseillé. Rappelez-vous que personne, en aucune circonstance, n’est en droit d’inciter qui que ce soit à consommer des boissons alcooliques et que personne non plus ne devrait culpabiliser une femme enceinte qui choisirait de prendre un verre à l’occasion.

J’ai choisi d’allaiter mon bébé. Puis-je prendre un verre à l’occasion?

Toute femme qui choisit l’allaitement doit penser à son bien-être et à celui de son nourrisson. Une alimentation équilibrée et du repos s’imposent. De plus, elle doit éviter de consommer de l’alcool lors de l’allaitement car l’enfant absorbera la même quantité d’alcool que sa mère en prenant son repas. Les femmes qui optent pour l’allaitement peuvent se permettre de boire modérément à l’occasion (pas plus de deux verres) en laissant s’écouler le temps nécessaire entre la consommation et la tétée. Rappelons qu’il faut compter deux heures pour éliminer un verre d’alcool. Celles qui optent pour l’allaitement mixte pourront remplacer la tétée suivant la consommation par un biberon.

Nous remercions Éduc’alcool de nous accorder les droits de publication de ce contenu.

Publié dans Alimentation, Grossesse | Marqué avec , , , , , , , , , | Laisser un commentaire