Abracadabra !

On m’a jeté un sort!  Rien à faire, à chaque fois c’est pareil.  Une    sorcière, quelque part, s’est amusé à mélanger des queues de souris et des carcasses de scarabées et l’un de mes cheveux à du se retrouver dans la marmite.  La sorcière a prononcé des mots bizarres comme sortis d’un film « elfique ».  Je pense que ça voulait dire « Tu ne relaxeras plus jamais».

Mon plus vieux est parti jouer au hockey à l’autre bout du monde, la plus jeune est sortie au cinéma avec des copines… et maman se retrouve seule pour quelques heures.  Le bonheur : activer sur le champ le mode «mou», mettre un film, et ne plus penser à rien du tout!

abracadabra - 1

Tout préparer pour n’avoir aucune raison de me relever.  Tient, la boite de biscuits est vide sur la tablette…  ça commence bien!  Il reste à peine deux millilitres de lait dans la pinte, mon «drink» favori : fini lui aussi.  J’oublie le projet gâterie et je m’installe.  Je constate que les films ont été rapportés au club vidéo mais j’ai un plan B : j’en ai enregistré.  Oups, on les a effacés!!  Restent les séries de l’hiver dernier que je n’ai jamais pris le temps d’écouter.  Ça fera l’affaire, le but étant de m’écraser et ne rien faire.

abracadabra - 2

Chut… ça commence !  Après 20 minutes, le téléphone qui sonne.  Eh bien, je l’ai pas pris, évidemment… Mais je finis quand-même par me lever et je n’en trouve aucun dans la cuisine, ni dans la chambre de Cocotte.  Devinez donc ?  Les trois sont en bas !  Je descends.  La laveuse me fait signe que son cycle est fini.  Pourquoi  ne pas régler ça tout de suite pendant que je suis là?  Je fais le rituel : transférer la laveuse dans la sécheuse pis la sécheuse dans le panier.  Je monte le panier.  Ah et puis, je pourrais ben le plier en écoutant la télé!  Je m’installe à nouveau, je me dépose et je… «dé-pause»  !

abracadabra - 3On sonne à ma porte, le chien se met à japper :  «Bonjour, je m’excuse de vous déranger… ».  Oui, en effet mon ami, tu me déranges : j’étais en plein cœur de ma thérapie!  «Je ne suis pas intéressée, désolée, peut-être une autre fois. I’ll call you, don’t call me! »

C’est comme un complot.  J’ai ‘impression que tout le monde attend que je m’installe confortablement pour se mettre en action autour de moi.  C’est toujours pareil : « Abracadabra ! Plus jamais tu ne relaxeras ! ».  J’ai deux petites heures à peine, et on fait la file pour me les voler.  Je n’ai pas écouté de film, ni mangé mes biscuits.  J’ai changé la pinte de lait et j’ai passé au travers d’une brassée de pâle… et d’une brassée de foncé.  Le chien a dormi une partie de l’après-midi, tout le monde s’est amusé et là, j’ai le souper à préparer.  La prochaine fois je m’en vais AILLEURS ! Tiens : le centre d’achat!  La sorcière ne me retrouvera pas, et au moins je pourrai dire que ma carte de crédit, elle,  m’a apporté un peu de répit !

Princesse Rebelle – Anick Claveau

Princesse Rebelle – Anick Claveau

Cette entrée a été publiée dans Billets d'Anick Claveau, Blogzine. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentaires