Halloween

Halloween-1

Illustration de Véronique Travers

Je trouve qu’il y a quelque chose de vraiment plate avec la fête de l’Halloween. C’est quelque chose qui a changé avec notre société de surconsommation et de manque de temps…

J’aimais ça moi l’Halloween quand Ti-loup enfilait le vieux veston de mariage de son père par-dessus son manteau d’hiver et se faisait une fausse barbe avec le crayon noir de sa mère ! J’aimais ça quand Cocotte portait le kit de football de son grand frère et qu’elle ne passait plus dans les cadres de portes.

Le plaisir c’était de fouiller dans le vieux coffre de « Matante » pour en sortir les vieilles robes qui sentaient le renfermé. Et que « Matante » nous racontait qu’elle l’avait portée à son voyage de noce 25 ans avant.  Elle se rappelait même où elle l’avait achetée ! Elle nous racontait ça sur un ton de voix nostalgique, admettant avoir pris trop de poids depuis pour pouvoir l’enfiler…

Les cousines s’échangeaient des boucles d’oreilles en clip, des colliers en plastique et voilà : on devenait Marilyn ou Céline! On rentrait dans un placard et on ressortait en pirate ou en clochard.  On ne voyait jamais deux Cendrillons habillées pareil, et leurs robes n’étaient pas fabriquées à Taïwan dans une usine : on empruntait celle de la voisine et on rajoutait du tulle ou on trouvait une crinoline chez grand-mère !

Halloween-2

Illustration de Véronique Travers

L’affaire c’est qu’aujourd’hui, « Matante » n’a plus de coffre, la voisine ne nous parle jamais, et maman n’a pu beaucoup de temps.  Aujourd’hui, on va faire l’épicerie la journée d’avant et avec la livre de steak haché, la pinte de lait et le savon à vaisselle, on achète un costume de princesse avec des ailes. Ou encore, en passant au Costco on ramasse un kit de super-héros ! Quand Ti-loup le sort du sac, il l’essaye.  Trop grand ? On retourne l’échanger contre le kit de pompier ! Tout est là : le casque, la hache, l’imper. Dans chaque grandeur, le même kit !

C’est ça que je trouve plate avec l’Halloween. On s’est commercialisé et on a perdu notre originalité. Les costumes sont trop beaux, trop parfaits, pis trop ajustés. Cocotte ne flotte plus dans sa vieille robe de mariée ! Et je m’ennuie du fantôme en drap contour.

À mon Halloween de rêve, il manque les heures qu’on passait chez « Matante » pour fouiller dans ses vieilles affaires. Il manque cette odeur de boule à mites.  Il manque l’odeur du vieux grenier chez ma grand-mère !

La bonne nouvelle dans tout ça, c’est que si le fantôme en drap contour a disparu, les rouleaux de Rockets, au moins, sont demeurés !

Princesse Rebelle – Anick Claveau

Princesse Rebelle – Anick Claveau

Cette entrée a été publiée dans Billets d'Anick Claveau, Blogzine. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentaires