L’ABC des coliques

bebe_coliqueLes coliques comptent sans aucun doute parmi les sources les plus importantes de stress pour les parents. Bébé pleure sans arrêt et semble inconsolable. Son visage devient très rouge. Ses poings sont serrés. Il se recroqueville sur lui-même. Son ventre devient dur. Quoi faire pour diminuer les symptômes de bébé? Nous vous proposons ici quelques pistes de solutions. Mais parfois, seul le temps peut calmer les pleurs de bébé.

Apparition des symptômes

Les coliques font partie des problèmes les plus fréquents chez les bébés. De 3 à 28 % des bébés en souffriraient. Les coliques peuvent survenir dès la 2e ou 3e semaine de vie. Elles disparaissent habituellement vers le 4e mois. Généralement, la 6e semaine représente la période la plus critique. Autant les enfants allaités que les enfants nourris aux préparations commerciales pour nourrissons peuvent souffrir de coliques.

On considère qu’un enfant souffre de coliques s’il pleure et est agité :

  1. durant au moins 3 heures par jour (souvent en après-midi ou en soirée);
  2. pendant plus de 3 jours par semaine;
  3. pendant 3 semaines.

Entre les périodes de crise, l’enfant est de bonne humeur, mange bien et est en santé. Sa croissance se poursuit normalement.

Que nous disent les coliques?

Les coliques reflètent la sensibilité de l’enfant à son nouvel environnement. Selon leur tolérance, les enfants réagissent aux coliques de différentes manières et à différentes intensités. Bien qu’aucune ne fasse encore l’unanimité, voici quelques causes possibles des coliques :

  • mauvaise évacuation de l’air entrant dans l’estomac pendant les pleurs ou le boire, qui cause ensuite des inconforts dans l’intestin
  • plus grande sensibilité de bébé à son environnement ou tempérament difficile
  • angoisse à l’arrivée de la nuit
  • immaturité passagère du système digestif
  • problèmes gastro-intestinaux (reflux, allergie ou intolérance alimentaire)
  • mauvaise digestion du lait
  • parents fumeurs
  • etc.

Des pistes de solutions

Les pleurs constituent le moyen de communication des bébés. Ils ont faim, leur couche est mouillée, ils ont envie d’être pris, tous des besoins qu’ils signalent en pleurant. Alors avant de passer aux solutions ci-après, assurez-vous que votre bébé est nourri, au sec et cajolé.

Bébé est allaité et réagit à certains aliments que mange sa maman.

Solution no 1 : Retirez de votre alimentation les produits laitiers pendant un certain temps.

  • Si votre bébé pleure moins et que son état s’améliore après le retrait des produits laitiers de l’alimentation, il pourrait être intolérant ou allergique aux protéines bovines. Consultez un médecin pour discuter avec lui de vos observations.
  • Si aucun changement ne survient chez votre bébé, reprenez votre alimentation habituelle.

D’autres allergènes pourraient causer des inconforts au bébé (œufs, blé et noix), mais les études scientifiques ne sont pas unanimes.

Solution no 2 : Cessez temporairement de consommer des aliments ou boissons contenant de la caféine : café, thé, boissons gazeuses de type cola et chocolat.

  • Si votre bébé présente moins de symptômes, ces aliments et boissons pourraient être responsables de ses coliques.
  • Si rien ne change, vous pouvez réintégrer ces aliments avec modération.

Le réflexe d’éjection du lait de maman est trop puissant.

Si votre bébé reçoit une trop grande quantité de lait ou qu’il boit trop vite, il peut parfois s’étouffer et se mettre à pleurer. Le bébé avale alors l’air, ce qui peut l’incommoder ensuite.

Solutions :

  • Évitez d’attendre que votre enfant soit affamé avant de l’allaiter.
  • Faites sortir un peu de lait avant d’allaiter votre bébé.
  • Allaitez allongée.
  • Arrêtez la tétée si votre bébé s’étouffe, et faites-lui faire un rot avant de reprendre.

Bébé peut mal tolérer une préparation commerciale pour nourrissons.

Solution :

Sollicitez l’aide d’un professionnel de la santé qui connaît bien les préparations commerciales pour nourrissons. Ce professionnel saura vous aiguiller vers la préparation adaptée aux besoins de votre bébé. Autrement, changer souvent de lait ou de marque sans l’aide d’un professionnel de la santé pourrait entraîner trop de variation dans l’alimentation de votre bébé.

Maman prend un supplément de fer.

Solution :

Discutez avec votre médecin ou votre pharmacien pour savoir s’il est possible, de diminuer la dose de votre supplément de fer. Consultez une nutritionniste pour connaître les aliments qui contiennent du fer.

Vous fumez.

Solution :

Cesser la cigarette réduirait les symptômes des coliques.

Des probiotiques pour réduire les coliques?

Des études ont été menées sur des nouveau-nés allaités. Ces études démontreraient l’effet d’un probiotique sur la durée des coliques : Lactobacillus reuteri. Il est commercialisé sous le nom de BioGaïa™. Ce probiotique est considéré comme sécuritaire pour les nouveau-nés. Toutefois, d’autres études sont nécessaires pour déterminer le mode de fonctionnement de ce probiotique. Si vous décidez d’ajouter ce probiotique à l’alimentation de votre enfant, consultez au préalable votre médecin de famille, votre pédiatre ou votre pharmacien. La dose recommandée s’élève au maximum à 5 gouttes par jour de Lactobacillus reuteri, pour un maximum de 28 jours.

Comme on le disait en introduction, chaque bébé est différent. Déceler la ou les causes des coliques demande patience et persévérance. Essayez une solution à la fois. Vous pourrez déterminer si c’est cette cause la responsable des coliques de bébé. Si vous ne savez plus quoi faire, demandez de l’aide d’un professionnel de la santé et surtout, à votre entourage avant d’arriver au bout du rouleau.

Nospetitsmangeurs.orgExtenso, Centre de référence sur la nutrition de l’Université de Montréal.

Références
Critch, Jeffrey N. (2011). Les coliques du nourrisson : les interventions alimentaires ont-elles un rôle à jouer? Paediatr Child Health. 16(1)
Extenso. (2012). Des probiotiques pour soulager les coliques? Repéré au http://www.extenso.org/article/des-probiotiques-pour-soulager-les-coliques/
Institut national de santé publique du Québec. (2013). Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à 2 ans. Repéré au http://www.inspq.qc.ca/mieuxvivre/sections/MV2013_Guide.pdf
Mayo Clinic. (2011). Colic. Repéré au http://www.mayoclinic.com/health/colic/DS00058
Santé Canada. (2012). La nutrition du nourrisson né à terme et en santé : Recommandations de la naissance à six mois. Repéré au http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/nutrition/infant-nourisson/recom/index-fra.php
Szajewska, H., Gyrczuk, E., & Horvath, A. (2013). Lactobacillus reuteri DSM 17938 for the Management of Infantile Colic in Breastfed Infants: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Trial. J Pediatr, 162(2), 257-262.
Cette entrée a été publiée dans Bébé et petite enfance, Santé, Sommeil et Soins, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentaires